PDF

Envoyer par mail

Envoyer par mail


Séparés par des virgules

Les commémorations du 8 mai 1945 à Mazères sur Salat

Pour les élus et nos concitoyens il ne pouvait pas y avoir de 8 Mai sans commémoration, on ne pouvait concevoir que cette journée se passe sans ce temps de mémoire et d’hommage ! Elle s’est déroulée dans un contexte particulier du fait de la crise sanitaire inédite que nous traversons, sans public, sans porte-drapeau ; seul le maire et des élus ont assisté à la cérémonie. Le 8 mai 1945, il y a 75 ans l’Allemagne nazie capitulait sans condition après cinq années d’un terrible, cruel, douloureux et meurtrier conflit  mondial.

Cette victoire de 1945 qui refermait la page sans doute la plus noire de l’histoire de l’Europe, nous la devons à tous nos alliés, à la résistance, à tous les martyrs connus ou anonymes, sans oublier l’armée française et nos soldats d’Afrique. Le 8 mai c’était en fait l’heure de la victoire de la démocratie et de la liberté en Europe. Une victoire avec un bilan dramatique des dizaines de millions de morts et de plus d’une centaine de millions de blessés, des victimes constituées en majorité de civils. Le monde découvrait l’horreur des camps de concentration, des camps de la mort, la déportation et les massacres de masse d’enfants, de femmes et d’hommes.

Aujourd’hui 8 mai 2020 une fois encore, il faut nous souvenir de toutes celles et tous ceux qui ont donné leur vie pour la paix, la liberté, et à qui nous nous devons de continuer leur combat pour les valeurs pour lesquelles ils ont fait le sacrifice de leur vie. La paix et la liberté restent un combat permanent qu’il faut mener, combat que nous devons surtout à nos enfants et aux générations à venir. Le 8 mai 1945 c’est l’heure de l’union nationale pour fonder le conseil national de la résistance. C’est l’heure de la mobilisation du peuple pour la reconstruction, la conquête de libertés et de droits nouveaux pour les citoyennes et les citoyens, de droit du travail et d’acquis sociaux : c’était les jours heureux. Que cette page douloureuse de notre histoire nous serve de réflexion pour " le jour d’après ", cette crise sanitaire, ces conséquences sociales et économiques pour qu’ensemble nous puissions nous rassembler dans l’unité pour construire une société durable, solidaire et humaine.

Le Maire

Jean-Claude Dougnac